Zoom sur l’artiste peintre chinois : Yan Pei Ming

L’artiste Yan Pei Ming est né à Shanghai en 1960 et est arrivé à Dijon à l’âge de 20 ans en 1980, où il a rejoint l’Académie des Beaux-Arts. Le peintre est célèbre pour les portraits de Mao Zedong traités au feutre. Il exprime avec passion les caractéristiques de ses modèles, décrivant la pratique de la peinture comme « une attaque, une détermination à portée spirituelle et morale, mais aussi cruciale ».

Biographie

L’artiste Yan Pei Ming a étudié à l’École des Beaux-Arts de Paris de 1988 à 1989. De 1993 à 1994, il a été résident de la Villa Médicis de la faculté de droit de Rome.Yan Pei Ming a eu du mal avec ce qu’on appelle imagerie moderne dans les méthodes de peinture. Il aime défier la matière (peinture), la performance est physique voire émouvante, il utilise des gestes nourrissants avec des balais et d’énormes pinceaux pour combattre la toile vierge. Il bat et fouette la toile dans une chorégraphie personnelle et tendue. La taille du tableau et l’énergie dégagée rendent l’effet magnifique.

Ses œuvres

Yan Pei Ming gère les grands et super grands formats. Avec un gros pinceau, il peut créer des saturations de noir, de blanc, de gris et parfois de rouge. Il étudie principalement les survivants, les guerres et les morts. Il peint des visages en gros plan et fait des portraits robot, le portrait du président Mao, le portrait de son père, Bruce Lee, autoportrait, anonyme, crâne. Yan Pei Ming est le premier et le plus important. Portraitistes intéressés par l’actualité : il peint donc Bernard Madoff, le financier escroc, Dominique de Villepin, l’ancien Premier ministre, le comédien Kluchy, et le président américain Barack Obama et le sénateur John McCain (Fiac 2008). Depuis 2000, il se consacre à la sculpture, la découpe au couteau et peint une tête en résine rouge. Depuis 2006, il fait également de l’aquarelle.

Ses compétences créatives

La réduction de la palette de couleurs (du noir au blanc, au gris ou même au vermillon, la couleur porte bonheur), sert parfaitement une mise en abîme de la touche pictural. Les mauvais gestes spontanés, l’eau ruisselante, la repentance et même l’excitation de la peinture académique chinoise, tous ont pour seule fonction de faire flotter le motif et de supprimer tout poids. Que ce soit un portrait de Mao Zedong, Bruce Lee ou son oncle aveugle, un jeune soudanais ou une série d’autoportraits. L’artiste Yan Pei Ming fait principalement de la peinture de portrait. Il a utilisé un gros pinceau pour peindre des portraits anonymes fictifs ou des prototypes de personnages, comme le portrait de Mao Zedong qui dérangeait le portrait du peintre. Cette image stéréotypée montre une personne moins que l’idéal supposé du père et la figure emblématique de l’Empire du Milieu. Les coups de pinceau rendent le portrait de l’anonyme plus vague et plus personnel, au contraire, ils font du symbole du dirigeant chinois un modèle et un prototype. Yan Pei Ming est préoccupé par les questions d’identité, du familier et du similaire.

Qu’est ce que le “noir lumière” de Pierre Soulages ?
Gérard Garouste : un des grands représentants de la peinture française contemporaine